23 mar

Live reports : EARTH / MOUNT EERIE / Ô PAON, la tournée 2012 en images !!

Pin It

Avec un « Angels of Darkness, Demons of Light II » qui poursuivait la lumineuse quête entamée avec le premier volet, EARTH est revenu plus inspiré et apaisé que jamais, gagnant avec les années une ampleur sonore qui surprend toujours.
Le groupe était accompagné de MOUNT EERIE, projet de l’insaisissable PHIL ELVERUM à la discographie mouvante, et d’Ô PAON, projet solo de GENEVIEVE CASTREE, épouse du précédent.
En famille donc, et en toute simplicité, ce plateau nous a offert de instants rares d’intimité musical. Petit retour en images et en live reports de cette tournée qui passait par Paris (La Maroquinerie), Lyon (L’Epicerie Moderne) et Bordeaux (l’I.Boat).

Compte-rendu de Nicolas Foricher, qui a gagné sa place sur notre blog et a bien voulu nous raconter le concert de EARTH, merci à lui !!

Earth fait salle comble à la Maroquinerie : la chaleur est presque intenable. Ce qui n’a pas l’air de gêner Dylan Carlson, vêtu d’une chemise et d’un veston, arborant des « flapwings » fournies, dignes d’un Lord écossais du 18e siècle. Le set commence par l’un des morceaux les plus représentatifs du tournant « improvisation » pris par Earth depuis la fin des années 2000: Angels of Darkness, Demons of Light I, qui clôturait l’album du même nom, premier volume d’un diptyque complété par la sortie en février dernier d’Angels of Darkness, Demons of Light II. Célèbre pour ses compositions au tempo extrêmement lent, aux mélodies répétées à l’infini, Earth reste aujourd’hui très éloigné de l’attitude qui ont fait d’eux un groupe (oc)culte de la scène underground et expérimentale des années 90 aux côté des Melvins, à l’époque où leurs albums était un mélange de riffs évoquant un Tony Iommi (Black Sabbath) voire un Jeff Hanneman (Slayer) sous héroïne, et un minimalisme inspiré par les fameux explorateurs du « drone » des années 60 tels que LaMonte Young ou Terry Riley. Loin aussi l’atmosphère Lovecraftienne et le déluge sonore qui ont pavé le chemin pour ces groupes nourris au feedback (Boris, Sunn O))) ou plus récemment Barn Owl). Aujourd’hui Earth est un véritable groupe: Adrienne Davies à la batterie, Karl Blau (remplacé par Angelina Baldoz pour la tournée de 2011) à la basse, Lori Goldston (voir le live MTV Unplugged de Nirvana…) au violoncelle, et enfin Dylan Carlson à la guitare, et l’interaction entre les membres est palpable. Le son est devenu sobre et enivrant, et respire les paysages désertiques et mélancoliques, des Grandes Plaines aux collines anglaises.


KARL BLAU – EARTH

La setlist est principalement composée de morceaux des deux derniers albums, mais elle est entrecoupée de classiques parfois surprenants: « The Bees Made Honey In The Lion’s Skull » (tiré de l’album du même nom sorti en 2008), « Tallahassee » (présent sur Pentastar, l’incartade stoner hendrixienne de 1996 qui précédera un hiatus de 9 ans dû à des problèmes légaux et une lutte contre une addiction) sous la forme du riff joué en boucle, sans chant ni solo, et encore plus étonnant, « Harvey », introduction de l’album Phase 3 sorti en 1995, que Dylan présente comme « le morceau le plus rapide et le court » qu’ils joueront ce soir là. Ils offrent aussi deux rappels dont l’intense « Badger », absent des dernières sorties, qui se retrouvera peut-être sur le projet solo de Carlson, une cassette prévue sur Tapeworm sous le nom « Dr Carlson Albion ».


EARTH

En tout, ce sera une heure et demie d’une musique puissante et aérienne que nous offrira le groupe. Earth, déjà considéré comme une figure iconique par nombre de groupes récents, s’impose toujours comme le leader d’une scène post-rock tenant aussi bien de l’aspect sombre et lourd des musiques extrêmes (métal…) que des mélodies légères du folk et de l’ambient; qui souhaite aller au-delà des clichés stoner du rock à guitares des nineties pour se tourner vers un côté cinématographique qui fleurit chez nombre de groupes : Low Hums, Spindrift… Earth tiendra toujours de l’exploration, en témoigne l’affection nouvelle de son créateur pour les légendes celtiques, qu’on remarque grâce à ses nombreux tatouages, notamment sur les mains, représentant des sortilèges invoquant des fées…ou des démons.


Ô PAON

MOUNT EERIE
>> Photos sur cet article par SIG PHOTOGRAPHIE >> sig-photogaphie.com

Les live reports :
>> Nos amis de METALORGIE étaient là et ont bien apprécié le voyage (Paris)
>> Le webzine INDIEPOPROCK était là aussi. (Paris)
>> Sig a shooté les trois groupes et a fait de bien belles photos (qu’on lui a piqué pour ce post d’ailleurs) !! A voir là avec son live report. (Paris)
>> Nos partenaires de PELECANUS étaient aussi de la partie, mais ont eu un peu mal au dos. (Paris)
>> POPNEWS étaient quant à eux à Bordeaux, leur live report à l’I.Boat.

Les vidéos :
Samed Hajji en a profité pour filmer un morceau du set de EARTH :

Le rappel capté par Indiegilles :

Add Comment

Your email is never published nor shared. Required fields are marked *

*
*